Se faire greffer un troisième rein, est-ce vraiment utile ?

Image parYerson Retamal de Pixabay

On nous parle souvent de greffe de rein dans les médias. Mais sachant que nous en possédons déjà deux, un troisième ne serait-il pas superflu ?

« L’humain averti possède toujours un rein de secours » disait le philosophe allemand Gottfried von Grössedukation. Pour lui, la transplantation rénale relevait de l’absolue nécessité pour qui voulait éviter les ennuis. « Deux ce n’est pas assez, quatre c’est trop, trois c’est le top », voilà les propos tenus par le maître à ses étudiants de Gutsbezirk Reinhardswald.

La transplantation rénale, un art de vivre

Aujourd’hui, on compte quelque 4 000 greffes de rénales par an, juste pour la France. Pour ceux qui se font opérer la transplantation rénale est plus qu’une nécessité, c’est un art de vivre. « Je ne me sentais pas complète, je ressentais une sorte vide en moi que je devais combler. Il fallait que je le compense en surconsommant, comme je le fais dans le reste de ma vie », témoigne Sophie, 23 ans.

Est-ce utile ?

Dans notre société de surconsommation, aucun secteur ne s’avère épargné, le gaspillage semble partout. Mais quand bien même, la greffe peut-elle être utile ? Un docteur apporte son expertise : « Dans l’absolu c’est une bonne garantie en cas de dysfonctionnement de vos deux autres reins mais dans les faits, ça sert surtout à faire chier ceux pour qui ce dysfonctionnement à effectivement lieu et qui ne trouve pas de greffon disponible ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s